top of page
  • Photo du rédacteurjouan

Entretien avec Amy SPERLING sensei



Amy Sperling Sensei, en quelques mots, pouvez-vous vous présenter ?

Je m'appelle Amy Sperling. J'habite au milieu des Etats-Unis, juste au sud du Canada, dans la ville de Minneapolis, Minnesota. Je m'entraîne au karaté depuis 42 ans. Mon mari et moi possédons notre propre dojo, Kitsune Karate, depuis 2015. Je me suis entraînée la plupart du temps avec Sensei Robert Fusaro, qui a été l'un des plus anciens élèves de Sensei Nishiyama. Je crois qu'il s'est entraîné avec Nishiyama Sensei pendant près de 60 ans. J'ai surtout participé à des compétitions de kata et de kata par équipe, tant au niveau national qu'international, au sein de l'équipe américaine.


Comment avez-vous commencé à pratiquer le Karaté-do et comment avez-vous rencontré Nishiyama Sensei ?

J'ai commencé à m'entraîner à l'université lorsque j'avais besoin d'un crédit d'éducation physique. J'avais le choix entre l'aérobic et le karaté, et j'ai pensé que le karaté pourrait être ma danse "en colère". J'ai rencontré Nishiyama Sensei lorsque Sensei Fusaro le faisait venir au Minnesota deux fois par an pour un séminaire et un examen de ceinture noire. J'ai eu le plaisir de participer à de nombreux camps internationaux de Sensei Nishiyama à San Diego.



Pour ceux qui n'ont pas eu la chance de connaître cette époque, il est difficile d'imaginer ce que pouvait être la vie et les entraînements avec sensei Nishiyama,

Pouvez-vous nous dire comment se déroulaient les entraînements ?

Ma principale expérience d'entraînement avec Sensei s'est faite lors de séminaires locaux et au camp international de La Jolla. Le camp était toujours très intense et intimidant. L'entraînement de l'équipe d'élite au deuxième étage du gymnase ajoutait encore à l'intensité de l'entraînement. C'était très dur et il était très exigeant avec chacun d'entre nous. J'ai visité le dojo principal de Sensei et je m'y suis entraîné occasionnellement, mais c'était limité. Beaucoup de mes amis qui s'entraînaient régulièrement avec Sensei dans son propre dojo m'ont dit que cette expérience était bien différente et plus personnalisée - bien que toujours intense.


Une chose que les gens oublient parfois est que Nishiyama Sensei changeait constamment sa technique et ses concepts d'une année sur l'autre pour chercher à s'améliorer. Il exagérait également certaines techniques et les formes qu'il créait pour l'effet dramatique, mais n'a jamais voulu que ces dramatisations deviennent un dogme. Son trouble de l'élocution a également conduit de nombreux élèves à mal interpréter ses enseignements à cet égard.


Avez-vous rencontré d'autres sensei qui ont eu une influence sur votre pratique ?

Oui, mes trois sensei préférés aux Etats-Unis sont Toru Shimoji à Atlanta, Rick Hotton en Floride et (le meilleur à mes yeux) Steve Ubl à San Diego. Ils sont tous très compétents et se sont approprié leur karaté de manière étonnante et réfléchie, sans compromettre les principes.



Quelle était la place des femmes dans le karaté traditionnel à cette époque ? les hommes ont une fâcheuse tendance à se mettre en avant,

et à étouffer les compétences de nos camarades féminines (si j'en crois machérie qui bizarrement a souvent raison !) ... Qu'en pensez-vous ?

Être une femme dans le karaté a été difficile. A l'époque, le kumite féminin n'en était qu'à ses débuts. Nous nous battions en kumite normal. J'ai eu beaucoup de fractures, d'yeux au beurre noir et de lèvres gonflées . Je pense que nous avons un meilleur contrôle aujourd'hui. J'ai été déçue lorsque Sensei a exigé que les femmes ne fassent que le fuku-go.


Je vous ai souvent vu sur des photos, pouvez-vous nous parler de votre expérience en tant que compétiteur et pratiquant lorsque vous faisiez partie de l'équipe nationale américaine ? La compétition est-elle un élément essentiel pour vous ?

Oui, j'ai fait partie de l'équipe américaine pendant de nombreuses années. À cette époque de ma vie, la compétition était très importante. C'était un objectif et cela nourrissait mon esprit de compétition. Nous aimions voyager dans différents pays et apprendre leur culture. Nous nous sommes fait de nombreux amis aux États-Unis et dans le monde entier. Aujourd'hui, j'ai un sentiment différent à l'égard de la compétition. Après le décès de Nishiyama, tout s'est brisé. Les compétitions ne valent que ce que valent les juges.




Question plaisanterie, dans les embu mixtes, c'est toujours la femme qui gagne ! Ma femme m'a massacré pendant des années, est-ce normal ?

Je crois que dans un partenariat réussi, la femme doit toujours gagner. "...femme heureuse, vie heureuse". Il devrait en être de même pour Enbu. L'idée qu'un homme détruise une femme dans un combat est également assez contradictoire avec les principes d'autodéfense du karaté.


Aimeriez-vous ajouter quelque chose à propos de Nishiyama sensei et de l'influence qu'il a eue ?

J'ai gardé beaucoup de choses de Nishiyama, car il a été présent pendant la plus grande partie de mon parcours. Il m'a donné un regard aiguisé et m'a appris qu'il vaut mieux écouter que parler.





Où et comment enseignez-vous le karaté-do aujourd'hui ?

Mon mari et moi possédons un dojo à Minnepolis. Nous faisons commencer les enfants à l'âge de 7 ans et nous avons beaucoup d'anciennes ceintures noires du dojo Fusaro. Michael Fusaro est notre instructeur et son frère Darrell Fusaro s'entraîne également et enseigne parfois. Après le Covid, nous avons un peu de mal. Nous avions un groupe de 40 enfants très talentueux avant Covid et nous n'en avons plus qu'une quinzaine aujourd'hui - c'est très triste pour nous. Nous continuons à nous développer, mais nous avons du mal à retenir les élèves comme par le passé.


Nous avons fait évoluer certaines de nos pratiques techniques et nous nous déplaçons et créons des positions qui peuvent différer de la façon dont Sensei se déplaçait plus tard dans sa vie. Nous levons les talons pendant le kumite, nous explorons le bunkai plus que par le passé, et nous ne nous penchons pas en arrière dans notre posture lorsque nous faisons de la technique. Cependant, les principes sont toujours présents ou la création d'une force maximale grâce à une bonne dynamique corporelle.


Nous avons créé notre propre organisation nationale, le Shuhari Institute, et nous avons connu une bonne période avec d'excellents séminaires et un tournoi national, mais il a toujours été difficile d'amener les sensei plus âgés à travailler ensemble. Aujourd'hui, nous nous contentons de tester nos propres élèves avec les critères d'examen que nous avons établis avec Shuhari.


En Europe, le karaté de Nishiyama sensei est encore assez confidentiel, qu'en est-il aujourd'hui aux Etats-Unis ?

Oui, je dirais que Nishiyama avait une grande organisation aux Etats-Unis, mais depuis son décès, elle s'est divisée en plusieurs morceaux. Je suis sorti du système et j'ai trouvé des pratiquants extraordinaires. Une chose avec laquelle beaucoup d'instructeurs américains sont aux prises est qu'il y a très peu de karatékas pratiquants qui se sont réellement entraînés avec Sensei. Bien que ses principes soient toujours enseignés, il est plus difficile de le faire lorsque tant d'étudiants n'ont pas de point de référence personnel pour comprendre son héritage.


Pensez-vous que le karaté-do peut aider les femmes dans leur vie quotidienne ?

Je pense que le karaté donne aux femmes de la confiance en soi, un incroyable exutoire artistique et une voix. Il m'a également aidée dans la conduite défensive : )


Pensez-vous qu'il est plus difficile pour vous de gagner le respect des hommes lorsqu'ils commencent à pratiquer le karaté-do ? Des hommes pas trop machos ?

C'est vrai. La longue liste des expériences irrespectueuses que j'ai endurées est un peu embarrassante. Lorsque j'ai commencé à juger au niveau international, le juge central ne regardait jamais mes numéros ou mes drapeaux. Les femmes n'étaient pas censées être "fortes". N'oublions pas que le harcèlement sexuel était réel et répandu.


Pour ma part, j'ai souvent eu envie de proposer des séances de self-défense gratuites aux femmes de ma profession (infirmière à domicile) mais comme je suis un homme d'1m80 et de 105 kilos, je ne me sens pas légitime... quel est votre point de vue sur la self-défense et en quoi pensez-vous que le karaté-do traditionnel puisse être intéressant par rapport aux nombreuses disciplines qui fleurissent et apparaissent régulièrement ? (aux Etats-Unis, je ne sais pas, mais en France, nous avons un terrain fertile pour cela, et probablement une densité de grands maîtres au kilomètre carré, que nous devons avoir du mal à égaler ailleurs dans le monde !)

Je pense qu'enseigner l'autodéfense aux femmes est une excellente chose, mais c'est différent du karaté. Une grande partie du bunkai de karaté qui est enseigné ne fonctionne pas pour moi, car je suis plutôt petite . Le mieux est d'être conscient de soi, d'avoir une bonne posture et un bon alignement, d'être en forme et de pouvoir courir. J'ai la soixantaine, je n'ai jamais participé à un combat de rue et je ne le ferai probablement jamais.




J'aimerais vous demander quel conseil vous donneriez à un débutant pour persévérer et progresser dans la voie du karaté ?

Un débutant peut oublier qu'il s'agit d'un art. Quand j'étais petit, j'ai commencé à jouer du piano classique à l'âge de 6 ans. J'ai continué à pratiquer pendant toute ma scolarité, j'ai donc eu la chance de comprendre la pédagogie, c'est-à-dire la façon d'apprendre un art. Ce qui peut aider un débutant à comprendre, c'est que les kihon sont les gammes, les kata sont comme un morceau de musique lorsque vous commencez à assembler les formes et les motifs, et les kumite sont comme le jazz - tout est permis, mais il y a un but à atteindre. Vous ne pouvez pas faire de la belle musique tant que vous ne comprenez pas les formes et les motifs, associés à la technique. Soyez patient.


Sur quels points d'amélioration souhaiteriez-vous que les pratiquants actuels se concentrent ?

Je pense que les bases fondamentales ont commencé à décliner. Le piétinement et la répétition sans fin d'une mauvaise technique sont les causes principales de nombreuses arthroplasties de la hanche et du genou et de blessures à l'épaule. Arrêtez de piétiner et apprenez à bouger calmement et efficacement ! Une étude plus poussée de la mécanique correcte permettrait d'éliminer toutes ces blessures à l'avenir. Tous les sports continuent de chercher à s'améliorer, mais le karaté donne parfois l'impression de répéter de mauvaises habitudes sans réfléchir.


Que vous reste-t-il aujourd'hui de ces années passées au sein de l'organisation sensei ?

Il me reste la certitude que le karaté-do est une entreprise sérieuse qui nécessite beaucoup d'efforts et de temps pour la pratiquer. J'apprécie le système intégré de principes que Sensei nous a laissé. Je constate également qu'il est difficile d'amener la génération plus âgée à travailler ensemble pour atteindre un objectif plus important, à savoir la diffusion de l'art.


Question pour une blague ; le logo de mon club est un panda, rien à voir avec le dessin animé, à la création de mon dojo il y a 6 ans j'avais choisi cet animal pour le côté inclusif ; il est blanc, noir, asiatique, maladroit, il semble inoffensif mais sa morsure est pourtant redoutable… Je l'aimais bien comme logo… alors je me permets de vous poser la question;

pourquoi avoir choisi Kitsune, le renard ? Nous trouvions idiot que tant de dojos soient nommés d'après leur localisation (Midwest, Sud-Est, etc...), c'était comme s'ils marquaient leur territoire. Nous avions un renard qui vivait dans notre jardin. Nous l'avons trouvé mignon et intelligent, c'est pourquoi nous avons choisi Kitsune - le mot japonais pour renard. Les renards ont également des pouvoirs mystiques dans la mythologie japonaise, ce qui nous rapproche de la culture de ce pays.



J'aimerais savoir si vous avez encore des projets, des rêves à réaliser, des stages en Europe à organiser peut-être ? Comme beaucoup de femmes karatékas l'ont expérimenté, il est très rare que l'on me demande d'enseigner un séminaire ou d'être invitée à enseigner. Je me suis toujours concentrée sur mon propre entraînement et sur l'enseignement à mes élèves localement, ce qui est le mieux pour moi. Quels sont les souhaits que vous pourriez formuler pour notre discipline si, par hasard, un génie sortait d'une lampe et vous offrait trois souhaits ? - Le classement au-dessus de Godan est presque entièrement subjectif et politique - il devrait être éliminé et le classement dan devrait revenir à une évaluation purement technique. - Les Sensei ne devraient pas être traités comme des dieux et devraient apprendre à accepter les critiques et être tenus à des normes plus élevées dans leur enseignement et leurs interactions avec les étudiants. - Les karatékas devraient travailler ensemble et cesser les luttes intestines. Plus de cultes.







Pour aller plus loin, découvrez le site sensei Amy ; https://www.kitsunekarate.com/


N ' hésitez pas a partager,commenter, à nous soutenir et nous faire connaitre en vous abonnant au blog du club Ichi gan karaté traditionnel ,

Igkt.training Auribeau sur Siagne


258 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Flow

Flow

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page