top of page
  • Photo du rédacteurjouan

Entretien Toru SHIMOJI Sensei par Daniel TOBIAS

Aujourd'hui, je souhaite partager avec vous tous l'interview que j'ai réalisée avec Shimoji Toru Sensei.

En étudiant les vidéos des tournois de l'AAKF et des entraînements au dojo de Nishiyama Hidetaka Sensei, il y avait toujours un athlète qui attirait mon attention pour sa brillante exécution du kata Unsu. Au fil des ans, en regardant la série Cobra Kai, je l'ai vu dans l'un des chapitres et je me suis dit qu'il fallait que je lui parle.

J'espère que vous apprécierez ses réponses autant que moi, lisez jusqu'à la fin car l'anecdote qu'il raconte avec Nishiyama Hidetaka Sensei est vraiment incontournable.

Appréciez et partagez. D.TOBIAS





DT - Vous êtes né à Okinawa, mais vos débuts dans le karaté-do n'ont pas eu lieu là-bas. Où avez-vous commencé votre pratique et pourquoi ?

TS - J'aimerais commencer par dire "Merci" pour cette merveilleuse opportunité. Mes sincères salutations à Tobias Sensei et à tous les élèves de Nishiki-kan. C'est un grand honneur et un privilège de faire cette interview. Avec l'âge, je constate que ma mémoire n'est plus aussi vive qu'avant, et je voudrais m'excuser par avance pour les erreurs que je pourrais commettre dans mes réponses. Mon intention est d'être aussi honnête que possible et de vous donner mon opinion la plus humble sur les sujets abordés au cours de cette interview.

-Toru Shimoji

Un jour, à la télévision, alors que j'étais un petit garçon, on voyait des personnes portant des uniformes blancs faire des mouvements étranges. Mon oncle qui m'accompagnait m'a dit que cela s'appelait le karaté et que c'était un art d'Okinawa. Je ne savais pas ce que cela signifiait, mais la démonstration m'a impressionné.

Après avoir déménagé aux États-Unis, j'ai été pris dans l'engouement pour Bruce Lee au début des années 1970. Je me souviens l'avoir vu pour la première fois dans une série télévisée intitulée "Longstreet". C'était juste avant sa percée au cinéma. La façon dont il bougeait son corps m'a immédiatement convaincu que je voulais faire la même chose. Comme il n'y avait pas de dojo près de chez moi, j'ai étudié à partir d'un livre que j'ai trouvé dans une bibliothèque locale. Il s'intitulait "Shotokan Karate" de Ventresca. Tous les jours après l'école, je regardais le livre et je copiais les mouvements. Outre les techniques de base, il y avait deux katas : Tekki Shodan et Bassai-dai. Lorsque ma famille a déménagé à Hawaï en 1974, j'ai trouvé un dojo près de chez moi et j'ai commencé à m'y entraîner. Ce n'était pas un karaté Shotokan, mais un mélange de différents styles. Avec le recul, je dois admettre que l'entraînement n'était pas de bonne qualité, mais je m'en moquais. Je voulais juste m'entraîner aux arts martiaux, quel que soit le style.

En 1975, le championnat du monde de l'IAKF s'est tenu à Los Angeles, CA. L'équipe japonaise s'est arrêtée à Hawaï sur le chemin du retour et a organisé un tournoi d'exhibition avec des karatékas d'Hawaï. Jusqu'alors, je n'avais jamais vu de karaté exécuté à ce niveau d'excellence. Je me souviens encore de la démonstration du kata Unsu par Osaka et du magnifique ippon marqué par Hayakawa lors d'un combat en kumite. L'observation de ces instructeurs d'élite de la JKA a été ma première véritable exposition à des arts martiaux de haut niveau.

À la même époque, mon ami du dojo m'a prêté son livre "Karate the Art of Empty Hand Fighting" (Karaté, l'art du combat à mains nues) de Nishiyama Sensei. Je me souviens avoir étudié ce livre d'un bout à l'autre et avoir pris beaucoup de notes, mais ce sont les photos de Nishiyama Sensei qui m'ont le plus impressionné. C'était une autre exposition au karaté de style JKA, et cela a dû tracer la voie de mon avenir.

DT - Si vos débuts ont été dans le JKA, avec quel Sensei avez-vous commencé votre entraînement en Shotokan ?

TS - J'ai fait une pause dans mes études universitaires et j'ai voyagé seul à travers les États-Unis pendant deux ans. Cela m'a donné l'occasion d'essayer différents styles et de participer à de nombreux tournois "open-style". Finalement, je suis rentré à Hawaï et j'ai décidé de trouver un dojo JKA pour m'entraîner. Après plusieurs recherches, j'ai trouvé un dojo dans le centre d'Honolulu dirigé par Ed Fujiwara. Il m'a fait reprendre l'entraînement depuis le début et m'a amené jusqu'à la ceinture marron. C'était un excellent professeur de karaté et un être humain. Je me souviens de nombreuses soirées passées dans un café avec lui à écouter toutes les histoires de karaté qui m'ont transmis des leçons essentielles sur la philosophie et l'éthique du Budo. J'ai eu beaucoup de chance d'être son élève.

DT - Comment et quand avez-vous rencontré Nishiyama Sensei ?

TS - Sous la direction de Fujiwara Sensei, j'ai obtenu la ceinture marron du 1er Kyu et je me préparais à passer l'examen de shodan. Après avoir obtenu mon shodan, j'avais l'intention d'aller au Japon pour continuer mon entraînement. Pendant ces années, un instructeur de la JKA, Masataka Mori Sensei, basé à New York, venait à Hawaï une fois par an pour faire passer l'examen de ceinture noire. Cette année-là, en raison d'un conflit d'horaire, il n'a pas pu venir à Hawaï. Je pouvais aller à Los Angeles, m'entraîner avec Nishiyama Sensei et passer l'examen de shodan avec lui, ou aller directement au Japon et m'entraîner au siège de la JKA. J'ai décidé de faire les deux, en allant d'abord à Los Angeles et ensuite au Japon après avoir obtenu mon shodan.

En janvier 1982, je suis entré au Central Dojo dans le centre de Los Angeles et j'ai commencé mon parcours sous la direction de Hidetaka Nishiyama Sensei. Je me souviens encore de mon premier cours avec Nishiyama Sensei. Sa présence dans la salle était quelque chose d'indescriptible. Sa force vitale était si forte et si grande qu'elle remplissait tout le dojo. L'énergie qui sortait de son corps était tout simplement extraordinaire ! Après ce premier cours, j'ai réalisé que je ne connaissais rien au karaté et que je devais tout recommencer depuis le début. Même si je portais une ceinture marron dans son cours, je me sentais très embarrassé car j'avais l'impression de ne rien savoir.

DT - Vous souvenez-vous d'autres partenaires d'entraînement à vos débuts dans le dojo de Nishiyama Sensei, êtes-vous toujours en contact avec l'un d'entre eux aujourd'hui ?

TS - Lors de ma première soirée au dojo de Sensei, j'ai rencontré une autre ceinture marron qui s'entraînait dans la classe, Avi Rokah. Nous avons entamé une conversation et nous avons réalisé que nous avions beaucoup en commun. Il venait d'arriver d'Israël après avoir terminé ses obligations militaires. Il était présent au dojo de Nishiyama Sensei pour réaliser son rêve de s'entraîner directement sous ses ordres. Nous sommes rapidement devenus de grands amis et partenaires d'entraînement, nous poussant chaque jour à nous améliorer. Nous avons passé et réussi notre examen de shodan ensemble. Je pense que l'on peut dire que nous sommes des frères de karaté dans l'âme et que nous le resterons toujours.

Je me souviens de nombreux Senpai dans le dojo, comme James Yabe, Gene Takahashi, Ken Tambara, Thomas Shinmoto, Vern Vaden et Gary Lebendig, pour n'en citer que quelques-uns. Certains d'entre eux s'étaient entraînés avec Nishiyama Sensei depuis les années 60, lorsque Sensei est arrivé pour la première fois aux Etats-Unis. Malheureusement, à part Avi Rokah, je n'ai pas gardé le contact avec eux.

Je me souviens également avoir rencontré et m'être entraîné avec des Karateka d'autres régions des Etats-Unis et d'autres pays. Beaucoup d'entre eux étaient des instructeurs de haut niveau qui se rendaient régulièrement chez Nishiyama Sensei pour obtenir des conseils supplémentaires. Il y avait toujours un flux d'étudiants en karaté qui venaient s'entraîner avec Nishiyama Sensei.

DT - Qu'est-ce qui vous a amené à continuer à pratiquer la ligne de Nishiyama Sensei ?

TS - Peu après qu'Avi et moi ayons passé notre examen de shodan, nous avons participé au camp international de San Diego. Nous y avons vu de nombreux instructeurs et pratiquants de Karaté de haut niveau. Nous avons été très impressionnés par eux, mais tous respectaient Nishiyama Sensei en tant qu'enseignant principal, ce qui nous a choqués et satisfaits. Ce qui nous a choqués, c'est que nous avons réalisé que nous nous entraînions avec le meilleur, un point c'est tout. Et ce qui nous a plu, c'est le fait que nous n'avions pas besoin d'aller ailleurs ! Nous avons donc décidé de rester. Mon plan initial de six mois a duré plus de neuf ans, m'entraînant directement sous la direction de Sensei dans son dojo.

Je me souviens d'avoir eu des conversations interminables avec Avi sur les enseignements de Sensei. Nous nous rencontrions régulièrement et comparions nos notes, nous assurant que nous comprenions tous les détails des méthodes et des principes qu'il abordait dans ses cours. Nous avions l'impression de ne pas pouvoir suivre la quantité d'informations que Sensei nous enseignait. Nous pensions que si nous les écrivions, nous pourrions les comprendre plus tard.

Voyez-vous, lorsque vous étudiez avec Nishiyama Sensei, vous avez toujours l'impression d'être inapte, de ne pas en savoir assez et que le temps vous est compté. On est un peu désespéré, on se sent coupable d'avancer trop lentement. Avi et moi étions convaincus que nous avions beaucoup de chance de nous entraîner et d'étudier directement avec Nishiyama Sensei, mais nous avions besoin de nous pousser l'un l'autre et de nous rappeler l'un à l'autre que nous ne pouvions pas nous laisser aller à la paresse.

DT - A votre stade de compétiteur, ayant participé à des tournois ouverts et ayant été pendant de nombreuses années le vainqueur des championnats de l'AAKF, qu'est-ce que Nishiyama Sensei vous a apporté à ce moment-là et qu'est-ce qu'il vous a laissé pour votre futur ?

TS - Avant chaque compétition, Nishiyama Sensei nous rappelait que " shiai " signifie " se tester mutuellement " et que l'expérience de la compétition permet de découvrir ses faiblesses. La compétition indique clairement ce que vous devez travailler ensuite. Ainsi, après les tournois, Sensei nous soumettait à des séances d'entraînement extrêmement éprouvantes, nous criant de faire ceci et cela, et nous demandant de corriger toutes nos erreurs. D'une certaine manière, les tournois étaient une torture pour notre ego, car Sensei mettait l'accent sur tous nos problèmes.

Avec le recul, je suis très reconnaissant d'avoir eu un professeur qui nous a guidés de la sorte. Aujourd'hui, je fais de mon mieux pour transmettre cette éthique du budo aux étudiants. Dans le sport, l'objectif principal est de gagner, mais dans l'étude du Budo, le but est d'apprendre sur soi-même afin de continuer à évoluer, en perfectionnant son caractère en même temps que ses techniques. C'est la voie du Budo, toujours chercher, toujours avancer et toujours partager.

Dans des sports comme la boxe et le MMA, les athlètes ont du mal à prendre leur retraite. Une fois qu'ils ont passé la fleur de l'âge, ils s'efforcent de s'accrocher et d'essayer de rester au niveau des jeunes combattants. Parfois, c'est pénible à regarder. Nishiyama Sensei m'a appris à aller de l'avant après avoir pris ma retraite. Depuis que j'ai arrêté la compétition, mon entraînement est devenu plus intense, mais aussi plus satisfaisant.

DT - Vous enseignez le Karaté-do, où et quel est le nom de votre école ?

TS - J'enseigne à Atlanta, GA, USA. Je suis ici depuis 1996. Le nom du dojo est Jinsendo Martial Arts.

DT - Vous êtes kinésiologue de profession, comment la connaissance de la biomécanique du corps influence-t-elle votre entraînement quotidien ?

TS - Je suis allé à Okinawa juste après avoir obtenu mon diplôme universitaire et j'ai eu l'occasion de m'entraîner dans des dojos JKA et Goju-ryu, ainsi que de participer à des séminaires, des compétitions et des démonstrations. J'ai également eu la chance de rencontrer de nombreux professeurs de différents styles, Ishinryu, Uechi-ryu, Shorin-ryu, etc. Par l'intermédiaire de Tatetsu Meicho Sensei, l'instructeur en chef de la JKA Okinawa, j'ai été présenté à Kuba Yoshio Sensei, qui m'a accepté pour m'entraîner sous sa direction dans son dojo.

L'expérience du karaté d'Okinawa m'a donné plusieurs nouvelles idées sur mon propre développement du karaté. Tout d'abord, j'ai remarqué que de nombreux Karateka plus âgés s'entraînaient régulièrement et que ceux que j'ai rencontrés n'avaient pas de blessures aux articulations. Deuxièmement, les mouvements du karaté d'Okinawa étaient biomécaniquement sains. Je suppose que c'est grâce à des siècles d'essais et d'erreurs et à une analyse approfondie et réfléchie que les karatékas d'Okinawa sont parvenus à ces mouvements raffinés.

Je pense que la science du sport peut grandement contribuer à la façon dont nous entraînons le karaté traditionnel. Ainsi, au lieu de penser et d'accepter simplement " c'est comme ça que mon sensei m'a appris ", j'ai commencé à analyser les mouvements en me basant sur la biomécanique. Après tout, le système de mouvement humain peut être amélioré grâce à des principes scientifiques. Par exemple, si vous regardez l'utilisation de la jambe arrière dans le Zenkutsu-dachi (posture avant), beaucoup de gens qui étudient le Karaté Shotokan la gardent droite ou presque, et l'utilisent comme un support statique au lieu d'une structure dynamique qui peut être utilisée pour soutenir et énergiser le pelvis. Si vous êtes attentif aux angles des articulations et aux activations musculaires autour des articulations, la jambe arrière en Zenkutsu-dachi peut agir davantage comme un ressort enroulé.

Au fil des ans, j'ai vu de nombreux Karateka se faire remplacer les hanches. Cela soulève de nombreuses questions : S'agit-il d'un phénomène nouveau ? S'agit-il d'un phénomène propre aux pratiquants du karaté Shotokan ? Est-ce que d'autres personnes qui étudient d'autres styles d'arts martiaux sont également touchées ? Y a-t-il certains types d'entraînement qui peuvent causer ou exacerber les blessures à la hanche ?

Mon sentiment actuel est que nous devons être plus individualisés avec les étudiants. L'entraînement au karaté peut être considéré comme un entraînement à haute répétition, à haute vitesse et à fort impact, ce qui peut provoquer des lésions articulaires de surutilisation si l'on n'y prend pas garde, en particulier au niveau des membres inférieurs. Si l'on enseigne les bons mouvements du corps par le biais de mouvements articulaires sains et que l'on tient compte des différences individuelles, je pense que les élèves souffriront moins de lésions articulaires, voire d'aucune. La méthode Shotokan classique est analogue à une chaussure de taille unique dans laquelle tout le monde devrait entrer. La méthode de Nishiyama Sensei est plus proche de l'apprentissage et de la compréhension des principes qui vous permettent de fabriquer vos propres chaussures adaptées à vos pieds. Je pense que cette dernière méthode est plus difficile, mais j'ai le sentiment qu'elle est plus satisfaisante et qu'elle donne plus de pouvoir à chaque individu.

DT - Comment définiriez-vous votre Karaté-do aujourd'hui ?

TS - Mon karaté est une évolution des enseignements de Nishiyama Sensei, influencée par mon étude de la mécanique du mouvement et du karaté d'Okinawa. Le karaté doit rester vivant à l'intérieur de soi, c'est pourquoi un entraînement persistant est nécessaire pour que je puisse continuer à développer mes compétences. Mes expériences dans le karaté d'Okinawa m'ont donné de grandes idées sur le kata et l'application, que j'incorpore à nos katas shotokan. Mes études en sciences du sport m'ont permis d'analyser les mouvements afin d'améliorer l'efficacité de mes techniques. Je fais de mon mieux pour m'améliorer chaque jour. Si je découvre quelque chose, je fais de mon mieux pour partager l'information, ouvertement et complètement. C'est l'enseignement direct que j'ai appris de Nishiyama Sensei.

DT - Comment êtes-vous arrivé à la WBKA ?

TS - En 2020, j'ai été invité à enseigner au camp d'entraînement d'hiver de l'organisation polonaise de karaté traditionnel à Zakopane, en Pologne. J'y ai rencontré Radek Janus, de la République tchèque, qui a ensuite commencé à s'entraîner dans mes cours Zoom. Un jour, il m'a demandé si cela m'intéresserait de rejoindre la WBKA sous la direction d'Avi Rokah Sensei. J'ai répondu à Radek que j'étais plus qu'heureux et honoré d'aider la WBKA de toutes les manières possibles. Peu de temps après, nous étions en lockdown COVID, j'ai donc profité de l'occasion pour reprendre contact avec Avi.

DT – Quelles sont vos attentes concernant le développement du Karaté-do à Atlanta et aux USA ?

TS - Maintenant que nous sommes sortis du COVID, Avi Rokah et sa femme Ruth ont renouvelé leurs efforts pour ramener la compétition de karaté traditionnel aux États-Unis. Je suis convaincu que cela continuera à prendre de l'ampleur et à gagner en popularité. De plus, je crois que la formation continue des instructeurs aux États-Unis, ainsi qu'à l'étranger, est primordiale pour le développement futur de l'USBKA et de la WBKA. Nous devons simplement nous assurer qu'un tel programme (Instructor Development) reste basé sur la formation plutôt que sur un autre réseau politique de «vieux amis». Le véritable défi serait de maintenir des normes élevées et la responsabilité de nos instructeurs.

DT – Enfin, as-tu une anecdote avec Nishiyama Sensei que tu aimerais partager avec nous ?

TS - Un jour, un kickboxeur est venu au dojo de Sensei pendant qu'Avi et moi nous entraînions après les cours, un après-midi. Il n'a pas hésité à nous raconter ses exploits dans ce sport. Il nous a dit qu'il était un ancien champion de kickboxing au Japon et qu'il voulait nous donner quelques conseils de combat. Rapidement, il est venu sur le sol et s'est entraîné avec chacun d'entre nous. Nous sommes restés légers et amicaux, et nous avons veillé à ce que la situation ne devienne pas incontrôlable. Il avait peut-être été un bon combattant à une époque, mais après avoir combattu avec lui, nous savions qu'il n'était pas en bonne forme de combat. Rapidement, il s'est mis à venir après les cours et à essayer de nous entraîner, Avi et moi.

Un jour, il est venu au dojo plus tôt que d'habitude, et comme Nishiyama Sensei était encore au dojo, nous l'avons présenté. Comme nous, il a commencé à parler à Sensei de sa grande carrière de kickboxeur. Sensei souriait et l'écoutait poliment, mais je me souviens d'avoir vu un changement dans le comportement de Sensei alors qu'il s'approchait lentement de lui. C'était subtil mais distinct. C'était comme si l'énergie de Sensei devenait plus grande et commençait à peser lourdement sur ce kickboxeur. Sensei ne bougeait pas physiquement, mais son énergie Ki appliquait Seme-waza au kickboxeur.

Bientôt, le kickboxeur tourna son corps et rompit le contact visuel avec Sensei. Il a commencé à bégayer ses mots et à baisser la voix. En peu de temps, sa posture s'est affaissée et, l'air un peu confus, il a fait une rapide révérence et a quitté le dojo. Avi et moi ne l'avons jamais revu. Plus tard, alors qu'Avi et moi nous remémorions l'incident, il devint évident que nous avions été témoins d'un duel. Sensei nous a donné un excellent exemple de la façon de "gagner sans combattre", en utilisant simplement son énergie Ki. Je me souviens encore de cet incident comme si c'était hier. Nishiyama Sensei était vraiment un maître en contrôle. Aujourd'hui encore, ses leçons, ses exemples et ses discours sont frais en moi, vivants et bienfaisants. Il continue à m'enseigner encore aujourd'hui ! Je suppose que c'est ce qu'on appelle un héritage. Je ne peux exprimer avec des mots à quel point je suis reconnaissant et honoré d'avoir été formé par un tel Sensei.

Pour rejoindre notre école, écrivez à: nishikikan@thetraditioncontinue.com

Whatsapp: +598 99 634 719


32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Flow

Flow

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page